Fête des 50 ans de Sant’Egidio

Sant’Egidio a fêté le 50ème anniversaire de sa fondation, à Rome, en 1968. Dimanche 29 avril, une séance académique s’est déroulée, à Anvers, suivie d’une célébration d’action de grâce dans une Cathédrale bondée. Une grande fête avec des invités de tous les âges et tous les horizons a clôturé l’après-midi. Samedi, dans les maisons de Sant’Egidio dans tout le pays étaient organisées des portes ouvertes. Les festivités se terminent jeudi avec une célébration eucharistique à Bruxelles.

Séance académique

Lors de la séance académique, les intervenants ont réfléchi au rôle de Sant’Egidio dans le monde d’aujourd’hui. Après des salutations des autorités ecclésiales et civiles (Mgr Johan Bony, l’échevin anversois Fons Duchateau, le Vice-Premier Ministre Kris Peeters et la Commissaire Marianne Thyssen), Mgr Vincenzo Paglia, conseiller spirituel de la Communauté, a partagé son témoignage sur les premières années de Sant’Egidio : « En 1968, nous avons, en même temps, vécu les rêves du Concile Vatican II et ceux des étudiants qui voulaient changer le monde ».

Le Professeur Bea Cantillon de l’Université d’Anvers a réfléchi sur la relation entre les structures publiques nécessaires de la « solidarité froide » et l’importance d’une « solidarité chaude » personnelle, en situant la place de Sant’Egidio à ce niveau.

Le Grand Rabbin de Bruxelles Albert Guigui a rappelé, dans un témoignage personnel, les moments partagés lors des rencontres internationales pour la paix de Sant’Egidio où « se rencontrent des personnes qui ne devraient en principe pas se rencontrer, toujours dans une atmosphère chaleureuse et de confiance ».

L’éditorialiste Luc Van Der Kelen a évoqué, avec affection, son amitié avec Mgr Leon Lemmens, évêque auxiliaire de Malines-Bruxelles, décédé l’année dernière : « Il m’a appris qu’à sa table il y avait aussi de la place pour le libre-penseur agnostique que je suis et qu’en fait, seul l’amour importe, même à une époque complexe où la vie d’un homme a parfois peu de valeur ».

Herman Van Rompuy, Président émérite du Conseil européen a, quant à lui, abordé la place de Sant’Egidio dans un monde globalisé : « Parce que Sant’Egidio est expert en humanité, elle est un apôtre de la paix ».

Eucharistie et fête

Après la séance académique, une eucharistie d’action de grâce, présidée par Mgr Vincenzo Paglia, a eu lieu dans la Cathédrale Notre-Dame d’Anvers, à laquelle plus de 1.000 personnes ont participé

Ensuite, une grande fête populaire avait lieu à la maison de Sant’Egidio, avec des sympathisants, des personnes âgées, des jeunes, des enfants, des sans-abri, des personnes handicapées et des familles syriennes récemment arrivées en Belgique par les couloirs humanitaires.

La veille, samedi 28 avril, des « portes ouvertes » avaient lieu dans les Maisons de Sant’Egidio dans toute la Belgique. A Liège, les portes ouvertes étaient suivies par une eucharistie, à l’église Saint-Barthélemy, présidée par Mgr Jean-Pierre Delville. Lire son homélie: Homélie Mgr Delville – 50 ans

Photos

Bruxelles

Liège

Anvers

 

Interventions

Albert Guigui, Grand Rabbin de Bruxelles

Bea Cantillon, Universiteit Antwerpen; voorzitter 11.11.11

Herman van Rompuy, Voorzitter-Emeritus van de Europese Raad

Hilde Kieboom, Voorzitter Sant’Egidio

Hilde Kieboom (Dankwoord in de Kathedraal)

Homélie Mgr Vincenzo Paglia

Luc Van Der Kelen, Editorialist

Homélie Cardinal Joseph De Kesel, 3 mai 2018, Bruxelles

Presse

  »Sociaal gevecht met een warm hart » (Kerknet, 30/04)

- Sant’Egidio: Solidarité et chaleur humaine (Cathobel, 30/04)

« Les 50 ans de Sant’Egidio«  (RTBF, Il était une foi, 29/04)

« Rist prominenten viert vijftigste verjaardag Sant’Egidio in Antwerpen«  (Metro, 29/04)

« Sant’Egidio staat voor meer dan een kerstdiner » (Gazet van Antwerpen, 29/04)